12

Les bus à plancher bas

L'autobus du futur appartiendra au passé dès 1995 au profit de versions surbaissées qui seront équipées d'une palette UFR à la fin du millénaire.
Le Sytral commandera à RVI 5 Citybus et 206 Agora, dont 12 articulés qui circuleront sur près de 2/3 des lignes du réseau à un moment ou un autre.
Toutes versions comprises (en incluant 159 Citybus), l'Agora sera construit
durant 11 ans en 11066 exemplaires soit plus que les SC10 en 23 ans.

Les Citybus

Sous la pression de la concurrence allemande qui avait commercialisé des "niederflurbus" (bus à plancher bas) dès 1989 (Mercedes O405N, Setra S300N, MAN NL202 ...) pour accroitre la fluidité des échanges et permettre un accès plus aisé aux PMR, RVI doit se résoudre dans la précipitation à mettre fin à la production de son R312.

Mais il y en encore en commande et, transitoirement pour satisfaire la demande, vendra lui-même (VIN en VF6 et non VJI) sous le nom de Citybus l'autobus surbaissé GX317 que sa filiale Heuliez avait conçu en partenariat en 1994 sur châssis de R312.

En 1994, il y a 840 véhicules au parc amortis sur 15 ans et de Sytral décide donc d'en acheter 56 les prochaines années. La première commande inclut 5 Citybus (qui seront numérotés 2501-2505) pour les tester sur une petite ligne après une présentation qui avait eu lieu à la Part-Dieu et un court essai sur la ligne 28. Ceux-ci seront d'ailleurs livrés avant les 51 R312 résiduels (qui seront d'ailleurs les derniers).

Pas de bandeaux et des girouettes électroniques sur les Citybus commr on le voit sur la 2503 à Eglise Demi-Lune en mai 2008
Photo: Lelyon69200

Les Citybus ont donc la même motorisation €1 de 253 ch que les R312 contemporains mais le plancher est surbaissé (34 cm au lieu de 56 pour le R312) de la porte avant jusqu'à la porte médiane, une marche de 24 cm étant conservée à l'arrière. Les 22 sièges en tissu bleu ne sont plus fixés sur les parois latérales (blanches) qui n'assurent plus le chauffage et des aérothermes sont placés sous certains sièges comme sur les SC10. Avant la porte centrale, 2 sièges sont fixés au sol à droite alors qu'en face se trouve une grande plateforme. Les montants et les voussoirs sont gris moyen comme sur les R312.

Les Citybus lyonnais disposent d'un correcteur d'assiette et d'un dispositif d'agenouillement côté droit mais, contrairement à leurs 20 cousins parisiens, ne sont pas équipés d'une palette rétractable pour les fauteuils roulants.

Les GX317/Citybus avaient des ouïes d'aération spécifiques, comme la 2505 vue à Eglise Demi-Lune en mars 2008
Photo: Lelyon69200

Autre différence avec les R312, les girouettes avant à film sont remplacées par un afficheur rectangulaire électronique à pastilles jaunes, les bandeaux sont supprimés au profit d'une girouette latérale qui aurait du être défilante mais se contente d'indiquer le terminus ce qui n'est pas un progrès. A l'arrière, la plaque carrée d'indice de ligne est remplacée par un afficheur placé derrière la vitre sur sa droite.

Mis en service le 8 juin 1996, ils sont équipés d'une boîte ZF4 HP et feront toute leur carrière sur la ligne 55 sauf le dernier (2505) qui sera sur la fin affecté aux lignes 40 et 72.

Les Agora S

RVI présente sa version Agora à plancher bas (encore à la norme €1) au congrès de l'UITP en mai 1995. Le Sytral, fidèle à RVI, décide donc que les 168 véhicules restant à commander pour 1996, 1997 et 1998 seront des Agora et à la norme €2 en vigueur à partir du 1er octobre 1996.

Les Agora S ne sont pas équipés du correcteur d'assiette et la commande des portes est électrique mais elle a été améliorée pour éviter le blocage des portes qui se produisait sur les R312. Le rétroviseur droit est à commande électrique, la boîte ZF4 est conservée et le plancher légèrement plus bas (32 cm) que celui des Citybus.

Sur les Agora S, les phares englobent les clignotants et la girouette latérale est plzcée plus bas que sur les Citybus
comme nous le montre la 2542 déviée à Perrache

Photo: Ibou

Agora S à 2 plateformes

Si les 5 Citybus desservaient Ecully, fief du président du Sytral de l'époque, les politiques de la mandature suivante veulent que les nouveaux bus surbaissés desservent des hôpitaux et la Part-Dieu et/ou le centre ville. La ligne 28, qui satisfait aux 3 critères, est équipée la première entre le 12 et le 20 décembre 1996 avec les 16 premiers exemplaires (2506-2521) qui curieusement sont numérotés à la suite des Citybus. Les gens du marketing s'en donnent à coeur joie en faisant afficher sur la girouette avant le message "Joyeux Noël" en alternance avec la destination.

Dans la foulée, la ligne 99, qui dessert aussi une maison de retraite, reçoit les 5 suivants (2522 à 2526) et est équipée le 30 décembre 1996.

Les Agora S avaient plus d'ouïes d'aération que des R312 et les Citybus. Sur les deux premières séries,
des adhésifs "Bus à plancher bas" avaient été apposés sur les vitres latérales et la lunette arrière
comme on peut s'en apercevoir sur la 2544 (rénovée) au terminus de Montessuy en septembre 2008

Photo: JM-C

Le 17 janvier 1997, c'est au tour du 29 (2527 à 2537) avec un changement de commande de l'accélérateur qui devient électrique. 10 jours plus tard, le 41 est équipé (2538-2544) libérant ses PR100.2 pour le 44 qui doit passer en thermiques. Le 3 février, les 11 voitures suivantes (2545-2555) sont en service sur le 47. Quant aux 6 dernières, elles seront affectées le lendemain au 42 pour pouvoir fournir rapidement d'autres PR100.2 au 44.

Les 56 voitures de cette série ont 4 places assises de plus que les Citybus (les sièges individuels de l'avant droit sont remplacés par des rangées de 2) et, de plus, le plateforme avant est équipée de 3 strapontins en face de la porte médiane. Comme sur les R312, une seconde plateforme se trouve à l'arrière. Au niveau des portes, l'éclairage est assuré par des spots placés dans un faux plafond en plastique gris foncé.


Avant rénovation (en 2004), les affectations resteront assez stables, les seuls mouvements majeurs faisant suite à la mise en service de matériel neuf sur les lignes 47 et 41 au printemps 2000, permettant d'équiper les lignes 46 (2538-2543) et 8 (2544-2555 et 2525).

Dans la foulée, 30 voitures supplémentaires (2701-2730) sont mises en service pour compléter le parc du 42 le 2 mai 1997, remplacer les SC10UO du 27 qui se font vieux (2706-2715) le 5 mai et équiper la ligne 26 (2716-2725 le 7 mai et 2726 le 15 mai) à Alsace et à Parmentier (2727-2730 le 15 mai) qui dessert la Clinique du Tonkin et dont le tracé a été choisi pour le futur tram T1.

A noter un changement de transmission sur les voitures de cette ligne (sauf 2716 prévue initialement pour le 27 qui a perdu une voiture) qui sont équipées d'une boîte Voith Diwa 3 plus souple (mais moins économe).

Les Agora de la seconde série avaient un aspect identique aux premiers comme la 2716 à Gorge de Loup le 5 octobre 2009
Photo: JM-C

Les premières mutations notoires seront consécuves à la mise en service des trams T1 et T2 le 2 janvier 2001 voyant la ligne 24 passer en standards avec les ex voitures du défunt 26 d'Alsace. La ligne 34 récupèrera les autres voitures libérées.

Agora S à plateforme unique

La fournée de 1997 ne comportait que 44 standards car elle incluait 12 articulés. Les 14 derniers Agora S sont mis en service du 22 mai au 4 juin 1997 sur la ligne 38 (2731-2744) qui dessert l'hôpital E. Herriot et la Clinique du Tonkin.

A la différence des 85 premiers Agora S, la plateforme arrière est supprimée sur les 15 derniers et remplacée par 4 sièges (ce qui fait perdre 8 places debout: 104 officiellement au lieu de 112). La transmission Voith est conservée.

Pas de changement de livrée pour la troisième série mais l'adhésif a disparu. Tous les Agora S avaient d'origine
une bande noire sous la lunette arrière comme la 2439 vue au terminus de Sathonay Manutention  

Photothèque Tecelyon

Si 50 des 56 voitures livrées en 1998 ne diffèreront des précédentes que par la commande des portes qui est maintenant pneumatique, les 21 premières mises en service le 16 avril pour remplacer les PR100MI du 31 (2401-2411) et le 24 avril sur la ligne 10 (encore les hôpitaux !) ont de nouveau une boîte ZF4 HP.

Les 29 dernières seront en Voith et équiperont les lignes 10 (2428 en complément), 12 (2429-2446) et 51 (2447-2456) du 6 au 18 mai. Cette fois-ci (et déjà pour le 10) c'est la politique de la Ville (de banlieue !) qui a motivé ce choix.


La ligne 51 récupérant des articulés du 26 lors de sa suppression et le 12 perdant 2 voitures, la ligne 9 en récupère 4 (2445, 2446, 2455, 2456) et les 2 restantes (2453 et 2454) vont partir à Vaise jusqu'à l'été 2003. Equipé de nouveaux bus climatisés, le 12 cède alors ses Agora S au 33 (sauf 2444 au 51 à cause des caméras) et le 77 récupère 4 voitures sans videosurveillance (2445, 2446, 2453 et 2454).

A ce sujet il faut préciser qu'aucun Agora S n'en était équipé s'origine et que seuls un petit nombre en reçut plus tard à partir de fin 2001 pour les services de nuit, la seule ligne entièrement équipée étant la 51.

Les voitures de la ligne 10 (qui recevra des véhicules accessibles aux UFR) seront redispatchées en mars 2006 sur les lignes 63 (2412-2419) et 88 (2421 et 2428) qui complètera avec les 2 derniers (2455 et 2456) qui étaient sur le 9.

Les Agora à palette UFR

Test d'Agora à palette UFR en 1998

Sous la pression des associations d'handicapés, le Sytral décide de tester des autobus munis d'une palette rétractable à commande électrique servant de rampe d'accès aux fauteuils roulants à des arrêts aménagés.

C'est la ligne 99 qui est choisie et des Agora S à palette (2422-2426) sont mis en service le 24 avril 1998. Pour avoir une réserve, une 6e voiture (2427) les rejoint le 6 mai. Les 6 véhicules sont équipés d'une transmission ZF4 HP comme ceux qui les précèdent. Ceux-ci passeront ensuite sur les lignes 34 puis 2.


Les derniers Agora S du réseau

Ce test est concluant et, avec la directive européenne qui se profile, les Agora S commandés pour 1999 seront tous équipés de cette palette et de la boîte ZF4 HP.  En plus, ils disposeront du correcteur d'assiette et de la fonction agenouillement et - détail secondaire - les spots au niveau des portes (pneumatiques) seront remplacés par des néons pour améliorer l'éclairage. Le FAE est encore pneumatique, comme sur tous les autres Agora S.

Il n'y a que 38 voitures (3601-3638) dans cette série, en prévision du remplacement de la ligne 26 par le tram T1 qui libèrera ses Agora et des réductions d'offre induites par le T2. Un test de girouettes à diodes sera effectué sur les 2 derniers.

Comme la 3622 vue au pont de la Mulatière en mai 2008, tous les Agora de cette série étaient équipés d'une palette UFR
Photo: Shoubi

Les 20 premières voitures (3601-3620) sont prévues pour le 36 mais celui-ci ne les aura toutes que le 10 novembre 1998 car il fallait remplacer en priorité les 14 PR100MI du 23 ce qui sera fait le 7 octobre 1999. Les 5 premières voitures avaient été mises en service le 22 septembre dont une sur le 36 (3603) pour la formation des conducteurs (mais on verra ce bus en ligne).

Le 23 est totalement équipé le 7 octobre mais n'aura sonc parc définitif (3621-3634) que le 10 novembre comme on l'a vu. Trois des 4 dernières seront affectées le 18 décembre à la ligne 1 en complément des R312 et une (3636) renforcera le parc du 99 qui a maintenant 7 voitures en ligne en raison des travaux du tram.

La ligne 1 retrouve ses trolleybus de 28 août 2000 et ses 3 Agora S filent à Vaise sur le 5, jusqu'à l'été 2003. Une grande réorganisation a lieu cette année là avec la libération des 20 voitures du 36 équipé de matériel neuf en mars. Les 6 premières (3601-3606) ayant des caméras vont sur la ligne 38, les 14 suivantes sont mutées à Vaise pour la ligne 3 (3609-3620) et en complément sur le 2.

Poste de conduite de l'Agora n° 3630 avec les rouches de la boîte ZF
Photo: JM-C

A partir du 8 décembre 2005, tous les Agora S de cette série qui restaient aux Pins seront mutés à Oullins pour les lignes 10 (3601-3606 et 3635-3638) et 15 (3621-3634). Il n'y aura plus de R312 climatisé le 15 février et les 2 derniers (3637 et 3638) seront là 2 jours plus tard.

Des rénovations à Atoubus

Les rénovations

Les Agora S seront rénovés de 2004 à 2007. La girouette, déjà à pastilles, n'est pas remplacée mais les parties métalliques (intérieures et extérieures) sont repeintes, les boutons et la sellerie remplacées. Le changement le plus visible est la suppression de la bande noire en-dessous de la lunette arrière.

Après rénovation, tous les Agora S perdent leur bande noire arrière comme la 2412 qui double la 3622 qui est à son terminus de la rue de la Charité en février 2006. Sur ce cliché, on note également un changement de position (d'origine) des feux de gabarit haut
Photo: K-L

Lors de sa rénovation, un des Agora à palette de la ligne 2 (2424) sera transformé et utilisé en bus info de la MPA à partir du 16 mars 2006.

On notera aussi que tous les Agora S seront équipés en retrofit de filtres catalytiques conformes à la norme de pollution €3. L'aquazole avait été testé sans résultat probant (manque de puissance en côte) comme carburant depuis 1998 sur 3 véhicules de la ligne 41 (2538 à 2540).

Le lent déclin des Agora sans palette

La directive CE 2001-85, qui ne sera retransmise en droit français que le 12 février 2005, impose l'accessibilité aux UFR à tous les véhicules neufs et à tous ceux des nouvelles lignes.

Les Agora S non accessibles ont perdu leur statut de vedette pour être relégués d'abord sur des lignes d'importance moyenne puis complémentaires. Ils bougeront beaucoup, surtout ceux non accessibles aux UFR et plus des 2/3 des lignes du réseau bus en auront à un moment ou à un autre.

L'intérieur des Agora S est repeint, les boutons et la sellerie changée lors de leur rénovation
comme dans la 2412 rénovée le 31 janvier 2006 (on aperçoit le valideur central car c'était avant la MPA)

Photo: K-L

Le 21 septembre 2006, les lignes 28 et 38 n'ont plus d'Agora S ce qui provoque une réorganisation du parc avec des affectations dispersées en fonction de la présence ou non de videosurveillance. Leurs bus à caméras vont sur le 34 (2506-2511) et le 24 (2731-2734), des bus libérés (sans caméra) sont mutés à Vaise (2521-2523) et à Audibert sur les 35 (2738-2744) et 12E qui hérite du reste et a donc un parc à trous.

Le 13 février 2008, le 79, qui avait récupéré des ex 28, les libère ce qui permet aux R312 de la ligne 26 d'être remplacés mais encore avec des glissements pour en avoir 3 équipés de videosurveillance (2732-2734).

La ligne 14 récupèrera aussi 2 anciens 79 et complètera en plusieurs lots. Elle aura 4 Agora S le 22 novembre 2007 (2519, 2520, 2538 et 2539) mais devra attendre le 17 juin 2008 pour être totalement équipée avec les ex 46 (2538-2543), les 2 ex 79 allant à Vaise qui en a alors 6 de cette série (2519-2524) ... saupoudrés sur 3 lignes !


Le 21 avril 2009, la mise en service du tram T4 provoque la suppression du 12E et sont les lignes 87 et Zi1 qui profitent de ses voitures alors qu'une (2716) est affectée au pool rénovation.

Le 31 août 2009, 8 Agora S sont libérés par le 34 dont 3 pour équiper entièrement le 9 (2512-2516). Une fois de plus, sauf pour un pool rénovation (2717), ce sont des bus sans videosurveillance qui seront mutés, 2 à Vaise pour le 66 (2517-2518) et 2 à Audibert (2725-2726) pour les lignes 50/50E. Le 26 récupère les 6 bus à caméra du 34 et le 24 en est entièrement équipé et a donc toujours un parc à trous (2718-2720, 2727-2728 et 2731-2734).

L'incendie criminel du dépôt de Perrache du 30 septembre 2009 ne provoquera la réforme que de 3 Agora S (2535, 2537 et 2557) mais aura pour conséquence le remisage des voitures du 42 à Vaise jusqu'au 19 décembre faute de place sur le site provisoire de Bichat. 2 Agora d'Audibert (2729 et 2730) seront prêtés durant 2 mois le temps que la ligne 30 ait reçu ses bus neufs prévus et les 2 pool rénovation (2716-2717) seront affectés au 74 jusqu'en juin 2010, en attendant la livraison des 8 premiers standards de remplacement.

C'est la ligne 38 des Pins qui reçoit les 13 derniers ce qui se traduit, entre autres, par la mutation d'Agora S d'Audibert à Alsace pour le 58E (2726) le 30 juillet 2010, à Perrache pour le 42 le 29 juillet (2735-2739) et à Vaise pour le 98 de Vaise (2740-2744) dont le dernier R312 disparaît le 10 octobre. 5 voitures de Perrache sont libérées (2526-2530) et partent à Grigny pour le 211, l'une des lignes du réseau de Givors intégré au PTU le 1er janvier 2007.

En ce qui concerne la dernière série sans palette il y aura peu de changements importants avant Atoubus.


Le 23 février 2007, les voitures du 88 sont mutées à Vaise sur la ligne 72. Le 14 mai, la ligne 51 devient exploitée en trolleybus, le 7 récupère 3 voitures (2444, 2447 et 2448) et les 4 autres (2449-2452), également à caméras, partent à Givors pour le 215.

Le 1er mars 2008, un 31 (2411) est percuté à l'arrière par une moto dont l'incendie se propage au bus. Il sera remplacé le 14 avril par l'un des bus du 7 (2448), les 2 autres allant sur les lignes 77 et 43 (qui récupère aussi la 2446 du 77). Comme pour les séries précédentes, le parc de Vaise est balkanisé.

Le 12 mars, le 72 avait échangé ses voitures qui avaient été bridées avec celles du 40 qui ne pouvaient pas l'être (à cause de leur accélérateur à câble).

L'incendie du dépôt de Perrache ne se traduira que par la mutation de 2 voitures (2446 et 2454) et le prêt au 42 de 2 autres (2421 et 2428).

Les Agora S accessibles à Oullins

Le fait marquant est que l'ensemble des Agora S UFR (sauf 3 qui resteront en complément sur le 2) va se retrouver à Oullins durant les 4 ans précédant la restructuration Atoubus.

En effet, lors de sa création le 1er janvier 2007, 3 Agora S à palette (2422-2424) sont affectés à la ligne 213 remisée à Grigny mais maintenue (comme les autres) au dépôt d'Oullins.


Pour les lignes 88 et 17 dépendant directement d'UTO, ceci s'explique par la protestation des riverains de la rue de la Charité contre les séries plus récentes jugées trop bruyantes ce qui avait déjà valu au 88 de passer en Agora S, mais sans palette. La ligne redeviendra accessible aux UFR le 23 février 2007 avec 4 voitures provenant du 3 (3617-3620).

Pour le 17 il faudra attendre le 16 novembre 2007 pour en voir arriver 4 (3607-3610), le 14 février 2008 pour un second lot (3613-3615) et le 22 juin 2008 pour un équipement total. Le dernier bus de la série restant à Vaise (3616) arrivera finalement le 21 août 2008 mais pour compléter le parc du 14 qui n'avait que 6 Agora (pour 7 voitures en HP).

A noter la réforme d'un bus de la ligne 10 (3602) victime d'un départ de feu le 22 septembre 2010 mais qui ne sera pas réparé.

Atoubus ou le début de la fin

Agora S sans palette

Tous les Agora S restants de la première série sauf un (2533) réformé sont versés aux services scolaires. Cependant certains (2510-2512, 2519-2520, 2523-2524 et 2526-2530) reviendront en ligne pour assurer le PRT3 du 6 octobre au 12 novembre 2012, les nouveaux bus commandés n'ayant pas été livrés à l'heure.

Tous ceux de la seconde série (sauf 2712-2717 et 2744) étaient également prévus en scolaires mais la plupart ne seront pas prêts en raison du grand nombre de bus à équiper de tachymètres. Ils n'étaient plus que 43 car un bus qui avait pris feu le 16 juin 2011 (2702) était réformé


Cependant certains taux de réserve calculés trop justes durent être revus à la hausse ce qui fait que finalement ce ne sont pas 6 mais 12 voitures de la série qui sont affectés à des dessertes de zones industrielles. En raison des pannes des Oreos, 2 bus (2703 et 2730) seront affectés à la ligne 27, un autre d'Alsace (2726) passant en pool rénovation.

Finalement seules 6 voitures seront affectées aux lignes scolaires (2705, 2707, 2709, 2710, 2711 et 2718) car la ligne C11 devra être exploitée en autobus à cause de travaux non prévus par le plan de ripage. C'est la ligne 31 qui en fait les frais et qui se retrouve avec 11 carrosseries éparpillés de cette série (2704, 2706, 2708, 2719, 2720, 2727, 2728, 2732 puis 2729, 2735, 2736 et 2741 puis 2731). Le 31 devra patienter jusqu'à la prochaine livraison. Il ne restera plus que 2 Agora le 19 avril 2013 et le dernier qui roulera sera la 2704. La ligne 6, abonnée aux bus en pré-retraite en aura quelques-uns (dont des ex 31).

Mais la dernière ligne équipée de ce matériel sera la 61, créée le 6 juillet 2013 après la fin de l'intégration tarifaire des lignes de cars du Rhône. Celle-ci aura besoin de 6 voitures (2704, 2727, 2728 et 2721-2723 puis 2741-2743 et quelques glissements mineurs) jusqu'au 5 janvier 2014.


La troisième tranche d'Agora S, datant de 1998, continuera d'être utilisée en service commercial mais sur des lignes secondaires jusqu'à sa réforme, car les services scolaires seront assurés en autocars à partir de la rentrée 2013. Un projet d'équipement en palette UFR sera abandonné pour cette raison.

Atoubus chamboule toutes les affectations, seule la ligne 63 ne connaissant que quelques changements de carrosseries, cédant 4 voitures (2417-2420) à ce qu'il reste de la 8 et remplacées par des ex 31, les premiers (2401-2407) allant sur le 72.

Mais le fait marquant est qu'un bon nombre de voitures termineront leur carrière sur les réseaux intégrés au PTU. 15 voitures seront affectées à Givors (avec un curieux échange 2421/2446) puis aux nouvelles lignes 10/11/12 crées lors de l'intégration au PTU des communes de Thurins, Messimy et Chaponost. Ces dessertes sont sous-traitées à Keolis-Planche mais avec du matériel du Sytral entretenu au dépôt de St Simon (UTV) avec plusieurs changements de carrosseries au cours du temps. Il y aura d'ailleurs des habillages avec les voitures de la ligne 55 (2444 à 2449) du même dépôt.

Les autres voitures finiront leur carrière sur les lignes 76 et 87 et sur des Zi.

La plupart des réformes auront lieu au 1er semestre 2014. A la rentrée de septembre, il ne reste plus que 7 voitures (2419, 2429, 2441, 2443, 2447, 2451 et 2452), la plupart en remplacement des Oreos de la ligne 27 jusqu'au 25 février 2015. 4 seront réformés (2419, 2441, 2447 et 2452), les 3 autres conservés en réserve pour la ligne C4 exploitée en autobus du 13 au 30 avril et réformés en juillet (2429, 2443) et en août (2451).

Agora S accessibles

La ligne 81 (ex 213) continuera d'avoir des Agora UFR, la plupart se retrouveront ensuite en pool rénovation sauf un (2423) qui finira sa carrière sur la 27 puis C4.


Oullins n'a plus le monopole de la dernière série car seules lignes 17 et 18 (ex 15 Vernaison) continuent d'en avoir tandis que la 14 devient accessible (3601 et 3603-3609). L'autre moitié de ces bus est mutée sur les lignes Zi1 d'Audibert (3620-3622), 77 de Caluire (3624-3628), 66 (3629-3631) et 98 de Vaise qui en gardera jusqu'à leur réforme ainsi que les 17 et 18.

6 voitures de la ligne 14 (3603-3608) seront affectées au pool RNT à la fin février 2014 et celles des lignes 33 (qui avait récupéré celles du 77 à cause des caméras) et 66 finiront sur des Zi d'UTS et d'UTA (3619 et 3631 sur Zi6).

Au 7 décembre 2015, le dernier 17 (3619 qui était revenu) est réformé et il ne reste plus à l'inventaire qu'un pool rénovation (3637) et un bus gardé en réserve (3635) qui seront rapidement réformés plus les 6 pool RNT qui ne le seront qu'après l'Euro 2016.

Les Agora longs

La commande de 1997 incluait 12 Agora articulés à 4 portes et 141 places (dont 40 assises et 2 strapontins) pour homogénéiser le parc des lignes 26 déjà équipée d'Agora S et 10 pour laquelle c'était prévu. Celle-ci en recevra bien 3 (finalement 1006-1008) mais, au nom de la politique la Ville (de banlieue) et ses subventions, les 5 premiers Agora L (1001-1005) remplaceront les PR180.2 des lignes 67 et 95 et pas ceux des partiels du 26 qui n'aura finalement que les 4 derniers (1009 à 1012), laissant subsister un drôle de panachage.

L'aspect général des Agora L, à 4 portes, était analogue à celui des standards. C'est donc le cas de la 1010 sur la navette 26
Photo: Boblyon

Les Agora articulés, dont les portes sont à commande pneumatique, sont équipés de la même boîte Voith Diwa 3 et de la même motorisation de 253 ch que les standards, ce qui est insuffisant sauf sur du plat d'autant plus que seul l'essieu de la remorque est moteur, à la différence des PR180. Les Agora L seront donc exclus des lignes de Perrache ou d'Alsace car incapables de gravir la Montée de Choulans ou la Montée des Soldats. Même ceux de la 10 souffriront et n'y termineront pas leur carrière.

Ils sont mis en service dans les dépôts le 31 décembre 1997 mais, le temps de faire des formations des conducteurs, ne seront mis en ligne que le 23 février 1998.


Le 3 octobre 1998, en raison des travaux du tram qui perturbent fortement la ligne 26, le campus de la Doua n'est plus desservi que par une navette circulaire interne, exploitée en Agora L.

Le 2 janvier 2001, le tram T1 remplace la ligne 26 et ses Agora L sont mutés à La Soie pour la 51 (1009-1011) qui devient mixte et comme réserve pour la 67 (et les autres lignes).

Les lignes 10, 67 et 95 reçoivent du neuf au début 2006 et leurs articulés, qui ne peuvent faire que du plat sont mutés à Vaise pour les lignes 40 (1001-1006) et 98E (1007, 1008 et 1012) entre le 18 février et le 26 avril.

Le 14 mai 2007, la ligne 51 est exploitée en trolleybus articulés mais ses autobus sont conservés un mois avant d'aller retrouver leurs "frères" à Vaise, mais pour le 43 et le parc est homogénéisé.

Après rénovation les Agora L perdent aussi leur bande noire à l'arrière
Encore la 1010, mais à Gorge de Loup en août 2008

Photo: JM-C

Le 1er octobre 2010, 5 articulés récents des 67 et 95 sont échangés avec 4 Agora L (1006-1009) pour doter la ligne 43 de voitures équipées d'une commande de priorité des feux entre la Gare de Vaise et Albigny (qui sera inaugurée le 3 novembre).

Les 9 premiers Agora L seront retirés du service entre le 8 et le 22 juin 2011, ceux du 98 attendront les horaires d'été. L'ensemble sera mis en réserve en attendant d'être versé aux lignes scolaires à la rentrée.

Tous les Agora L auront séjourné à La Soie, même les anciens 10 qui ont fini leur carrière commerciale
sur les lignes 67 et 95 comme la 1006 vue avenue de Verdun à Meyzieu au printemps 2011

Photo: Ibou

Une première réforme (1007) interviendra aux vacances scolaires 2013, les autres feront un an de plus car les lignes en articulés seront les dernières conservées avant l'exploitation totale en autocars. Toute la série, qui avait également reçu un filtre catalytique en retrofit, sera ferraillée.

La seconde vie des Agora S

Comme d'habitude, le Sytral revendra ou donnera les véhicules en meilleur état mais hors UE pour ceux non équipés de palette UFR.

Passage en août 2015 à St Fons d'un train acheminant 20 Agora S (et 10 midibus) donnés par le Sytral à la ville de Lomé au Togo.
Au premier plan de la seconde capture d'écran les 2546, 2544 et 2536
Video: Fred (Trains en vadrouille)